Nathalie Laurens, sophrologue Lyon 2e et Lyon 4e

nathalie.laurens@sophrologuelyon.fr - 06 74 59 79 54

L'HISTOIRE

Alphonso Caycédo et sa fille Natalia
Alphonso Caycédo et sa fille Natalia

La sophrologie caycédienne, une histoire de plus de 50 ans

Créée en 1960 par le neuropsychiatre colombien, le docteur Alfonso CAYCEDO, l’histoire de la sophrologie est directement liée à celle de son fondateur…

En 1959, interne en neuropsychiatrie, Alfonso CAYCEDO est chargé d’administrer des traitements d’électrochocs ainsi que de provoquer des comas insuliniques. Face à la violence de ces procédés thérapeutiques, il commence alors à s’intéresser à l’hypnose clinique et à utiliser cette méthode plus douce pour modifier les états de conscience. Il en fait une synthèse de méthodes et techniques qu’il appelle Sophrologie, soit l’Etude de l’harmonie de la conscience.

DU GREC :     SOS
 = Harmonie     PHREN
 = Esprit, conscience     LOGOS
 = Étude

Soucieux d’aider ses patients à retrouver une conscience plus harmonieuse, Alfonso CAYCEDO fonde en 1960 le premier département de sophrologie clinique qui s’intéresse particulièrement aux phénomènes de la conscience.

Ainsi, de 1962 à 1964, il s’initie à la phénomélogie existentielle aux côtés du professeur Ludwig BINSWANGER, le père de la psychiatrie phénoménologique. Il intègre dans sa méthode cette approche de la phénoménologie orientée vers le vécu de l’être.

Alfonso CAYCEDO s’intéresse également au yoga dans lequel il découvre une autre approche de l’étude et du développement de la conscience. De 1965 à 1968, il parcourt l’orient et s’ouvre alors à d’autres pratiques orientales comme le bouddhisme et le zen, dans lesquels il étudie de nouveaux moyens de modifier volontairement les états de conscience.

De retour en Espagne, nommé Professeur de psychiatrie à la faculté de médecine de Barcelone, Alfonso CAYCEDO crée les trois premiers degrés des relaxations dynamiques, méthodes spécifiques visant au développement de la conscience dans la relation au corps. Les recherches et expérimentations réalisées conduisent alors CAYCEDO et ses collaborateurs à un large travail de diffusion scientifique.

C’est ainsi qu’au début des années 70, les fondements de la sophrologie sont posés. La sophrologie traverse les frontières et s’impose largement comme médecine douce. Les premières écoles s’ouvrent et la sophrologie se répand dans les milieux de santé. Puis, plus tard, dans d’autres domaines comme le sport, l’éducation ou le travail. La sophrologie est également une méthode reconnue de connaissance de soi et d’épanouissement personnel.

 

Aujourd’hui, Alfonso CAYCEDO définit la sophrologie comme :
Science de la conscience et des valeurs de l’existence.